pire qu’au Bled mieux qu’à Monaco!!!

 

Tous les dimanches tout l’été de 15h au crépuscule…

Entrée 15€ avec peignoir et serviette, 10€ avec votre propre linge

Réservez ici

 

C’était au siècle dernier, j’étais jeune… Je rentre un jour dans un Hammam de quartier près du métro Gabriel Péri-Asnières- Gennevilliers… et je me prends une claque ! Collectivisation de l’eau, rituel social, rituel sanitaire… Le tout dans une architecture traditionnelle très belle… Je me suis juré qu’un jour – mon côté reine d’angleterre…- j’en aurais un chez moi !

Après la tempête de 1999 où on a sur-consolidé la monumentale cheminée du favela-théâtre, qui avait pivoté de quelques centimètres sur elle-même (le vertige !) en construisant un cabanon/nœud de maçonnerie hyper solide, on comprenait qu’on allait pouvoir le faire ce petit hammam « familial ». J’avoue, les premiers temps c’était un peu « normes de sécurité Claude François » : une plaque électrique avec une couscoussière pleine d’herbes aromatiques… Mais ça marchait ! L’occasion de donner au favela-théâtre une nouvelle fonction, une nouvelle disposition, un nouveau décor… Petit à petit on progressait, un peu de maçonnerie réfractaire ici, une percée dans la cheminée là… L’an passé, par je ne sais quel hasard des rencontres invraisemblables que la Ferme du Bonheur suscite, Raphaël Hannequin déboule et nous raconte comment, paysagiste désespéré de dessiner des jardins sur ordinateur, un séjour au Maroc lui a révélé… le Hammam ! Son émotion était la même que la mienne, trente ans plus tôt… Il raconte comment il s’est organisé pour faire une formation à la construction de hammams traditionnels au Maroc… et nous lui proposions de reconstruire le nôtre (son premier hammam !), bien délabré en plus de pas encore assez efficace. Et l’objet est désormais magnifique et fonctionne… «pire qu’au Bled, mieux qu’à Monaco» !

Un hammam à la Ferme du Bonheur c’est encore autre chose qu’un hammam traditionnel : normalement, outre la pièce chaude sus-décrite, toutes les autres pièces sont en dur ; le favela est un peu ouvert aux quatre vents donc s’il fait mauvais on ne l’ouvrira pas ; s’il fait chaud, voire canicule, vous aurez en sortant la sensation d’être au frais!!! Après qu’on vous aura accueilli, on vous donnera une cagette où vous déposerez vos vêtements en échange d’un peignoir et d’une serviette ; vous entrerez dans le favela, une petite douche vite fait sera indispensable avant d’entrer dans la pièce chaude où vous resterez autant qu’il vous plaira jusqu’à être transi de chaud ; lors vous vous installerez sur la table de massage où vous raclerez vos peaux mortes, vous pétrirez entre potes, avant de repasser à la douche mais plus sérieusement qu’en entrant, cette fois pour les grands travaux : narines et autres orifices perdus, entre-doigts de pieds, dessous de bras, dents, shampooing, etc. On a à disposition des produits du bled, henné, savon noir, gants de râcle, etc. Alors, et seulement alors, parfaitement propres sinon purs… vous vous plongerez dans le Grand Bac d’eau froide, histoire d’en terminer avec le processus de sudation… Enfin, vous vous emmitouflerez dans votre peignoir et votre serviette et vous étendrez sur l’immense matelas drapé de blanc où on pourra vous servir thé à la menthe, pâtisseries du bled (de ma voisine du quartier !) peut-être une chicha… À moins que vous ne préfériez… dormir… dormir… dormir…

Non mais vous imaginez les dimanches de l’été à la Ferme du Bonheur ? Travaux des Champs puis Hammam ? Encore un voyage dans le temps et l’espace… à 13 mn du centre de Paris…

 

Voir le programme complet de la «Nème Contre-Fêt’nat’»

Voir tout le programme de la 29ème Saison des Grâces